UPMTimber
  • Quoi de neuf
  • UPM s'oriente vers une économie circulaire

UPM s'oriente vers une économie circulaire

Article 31.10.2019 9:00 EET

kiertotalous_info_890x501_EN.jpg

Le récent sommet des Nations Unies sur l'action pour le climat a révélé que les entreprises s'engagent à atteindre des objectifs ambitieux en matière de développement durable pour ce qui est de leurs activités et de leurs chaînes de valeur. Les efforts d'UPM Timber et d'UPM Plywood dans le cadre du projet Zero Solid Waste sont un autre exemple de la manière dont les entreprises améliorent leur stratégie de lutte contre le changement climatique.

 

Il y a deux ans, les usines finlandaises UPM Timber et UPM Plywood sont devenues les premières entreprises d'UPM à atteindre les objectifs de recyclage de son projet Zero Solid Waste. Après cette première étape, UPM Timber et UPM Plywood, ainsi que le reste de l'entreprise, se sont engagés à atteindre l'objectif zéro déchet solide mis en décharge d'ici 2030. Cela signifie qu'au cours des 11 prochaines années, aucun déchet ne sera mis en décharge ou incinéré sans récupération d'énergie. Pour réaliser cet objectif ambitieux, elles exploiteront de nouvelles technologies innovantes, amélioreront la collecte et la réutilisation des déchets pour créer une véritable économie circulaire.

 

Matières premières utilisées à 100 %

Il y a quelques années, UPM a lancé l'idée d'utiliser les matières premières dans leur intégralité.

« Nous nous efforçons d'utiliser au moins 98 % de la matière première dans le processus et d'investir les 2 % restants dans l'innovation », explique Pekka Ståhlberg, Directeur, Solutions industrielles et d'économie circulaire chez UPM.

L'utilisation efficace du bois renouvelable est au cœur de l'activité d'UPM, ce qui permet à l'entreprise et à ses différentes divisions de réemployer ou de recycler la plupart des déchets de production et de les utiliser, soit comme matière première, soit pour la production énergétique. Ceci est particulièrement vrai pour les produits bois.

« La plupart des grumes est bien sûr utilisée comme bois scié. Le reste est transformé en matières premières de haute qualité : les copeaux sont transformés en pâte, la sciure est répartie entre l'industrie de la pâte et celui des granulés, l'écorce est brûlée pour produire de l'énergie et une petite partie est destinée aux entreprises d'aménagement paysager », explique Mika Lampola, Responsable du projet de maintenance chez UPM Timber.

Les avantages pour l'environnement de cette approche sont assez évidents, cela permet de réduire l'empreinte carbone grâce à une économie circulaire. Cependant, il existe également des avantages commerciaux. « La réutilisation des déchets ou des résidus dans des produits innovants est également un moyen d'améliorer notre compétitivité », explique Pekka Ståhlberg.

 

Atteindre zéro déchet solide

UPM Timber et UPM Plywood se sont alors engagés à ne pas mettre de déchets en décharge et à ne pas incinérer des déchets sans récupération d'énergie d'ici 2030. Cependant, les usines ne se reposent pas sur leurs lauriers ; elles recherchent aujourd'hui de nouveaux moyens plus efficaces pour satisfaire à ces critères. Au fond, la stratégie est simple : plus avec Biofore. À terme, l'objectif est de parvenir à une économie circulaire, que l'entreprise considère comme la pierre angulaire d'un avenir durable.

Les technologies émergentes sont un aspect passionnant de la quête d'UPM pour une véritable économie circulaire. Pekka Ståhlberg cite la biotechnologie industrielle, l'impression 3D et les technologies énergétiques efficaces comme « outils clés pour créer des produits et solutions innovants ». Ces technologies permettent à UPM de générer une valeur économique, sociale et environnementale, tant pour les parties prenantes de l'entreprise que pour la société dans son ensemble.

Bien sûr, une véritable économie circulaire passe aussi par la collecte des déchets et leur réutilisation. À cette fin, Mika Lampola explique que « nous faisons tous les efforts nécessaires pour trier les déchets aux points de collecte, et pour toutes les fractions de déchets, il existe un partenaire qui les transforme en matières premières adaptées ». Les matériaux utilisables directement, comme le carton, le plastique, le papier, le métal, les câbles, le verre et les déchets dangereux, ont des bacs de collecte séparés.

Globalement, UPM est actuellement à mi-chemin vers l'objectif zéro déchet mis en décharge, tandis qu'UPM Timber a déjà atteint cet objectif ambitieux. Ceci dit, UPM Timber continue à travailler sur des moyens plus novateurs pour répondre aux critères, afin de maintenir une exploitation sans gaspillage à l'avenir. Mika Lampola explique qu'il peut être difficile de trouver une « destination commerciale adaptée et directe pour les matières premières collectées », notamment après avoir pris en compte les tarifs et les possibilités d'utilisation.

Bien qu'il reste encore du travail à faire, les progrès considérables réalisés par UPM Timber et UPM Plywood dans le domaine de la réduction des déchets sont encourageants. À terme, confie Pekka Ståhlberg, une fois qu'UPM aura réussi à devenir une entreprise sans déchets solides mis en décharge, « nous ne mettrons aucun déchet en décharge ou n'incinérerons aucun déchet sans récupération énergétique ».

 

Un objectif critique pour l'avenir

L'actualité climatique récente souligne l'urgence pour les entreprises d'adopter des pratiques et des objectifs respectueux de l'environnement. Le 23 septembre 2019, les participants au Sommet des Nations Unies sur l'action pour le climat ont clairement reconnu la nécessité d'accélérer rapidement le mouvement.

Dans ses observations finales lors du sommet, le Secrétaire général des Nations Unies António Guterres a appelé les nations et les entreprises à élaborer des plans concrets. Il a prévenu : « nous avons besoin de plans plus concrets, de plus d'ambition de la part d'un plus grand nombre de pays et d'entreprises. Nous avons besoin que toutes les institutions financières, publiques et privées, choisissent, une fois pour toutes, l'économie verte. »

 

Auteur : Lorelei Yang